3 juillet 2020
Techniques de réadaptation cardiaque | Deusto Salud

Techniques de réadaptation cardiaque | Deusto Salud

Nous allons dédier cette entrée à une partie très importante et peut-être un peu inconnue de la physiothérapie: réadaptation cardiaque. La grande majorité des adultes ont déjà consulté le physiothérapeute pour des problèmes musculaires (contractures), squelettiques (fractures), articulaires (entorses), mais très peu de personnes ont subi un processus de récupération cardiovasculaire.

Le cœur: protagoniste de la rééducation cardiaque

Tout d’abord, parlons du cœur. C’est l’organe musculaire le plus important du système circulatoire. Le cœur est situé entre les poumons au centre de la poitrine, face à la gauche du sternum. Il est recouvert d’une membrane à deux couches, appelée péricarde, qui s’enroule autour du cœur comme un sac. La couche externe du péricarde entoure la naissance du principaux vaisseaux sanguins du cœur (artères coronaires) et il est attaché au diaphragme (muscle qui aide à respirer) et à d’autres parties du corps par des ligaments. La couche interne du péricarde est attachée au muscle cardiaque. Le cœur est composé de quatre chambres. Les cavités supérieures sont appelées oreillettes et les cavités inférieures sont appelées ventricules. Une paroi musculaire appelée septum il sépare les oreillettes gauche et droite et les ventricules gauche et droit. Le ventricule gauche est la chambre cardiaque la plus grande et la plus solide. Les parois du ventricule gauche ont un peu plus d’un centimètre d’épaisseur, mais sont suffisamment solides pour pousser le sang à travers la valve aortique dans tout le corps. L’entrée du sang dans le cœur et son passage de l’oreillette au ventricule se font par des valves cardiaques. Une fois que nous savons comment le cœur est structuré, nous verrons quelles sont les principales pathologies par lesquelles le cœur doit être réhabilité:

  • Crise cardiaque: la plupart des crises cardiaques surviennent lorsqu’un caillot dans l’artère coronaire coupe l’alimentation en sang et en oxygène du cœur.
  • Angioplastie: Parfois, les artères coronaires durcissent ou se remplissent d’athérome (cholestérol) et ne permettent pas le bon passage du sang. Dans ces cas, un contourne (dérivation du sang vers un autre vaisseau sanguin) ou sont placés endoprothèse (maille métallique en forme de tube) qui maintient le diamètre idéal des vaisseaux.
  • Valvulopathie: réparation ou remplacement de l’une des valves cardiaques.
  • Transplantation cardiaque ou pulmonaire.
  • Angine de poitrine: c’est une douleur intense et intense dans la poitrine. Elle est généralement causée par un problème dans les artères coronaires. Il peut être stable, instable et variable.
  • Insuffisance cardiaque: elle est diagnostiquée lorsque le cœur est incapable de pomper le sang avec force, soit vers les poumons pour l’oxygéner, soit vers le reste du corps.

Une fois l’image pathologique aiguë subie, il est important de commencer la récupération. La première phase est d’atteindre est que le patient est capable de rester assis et de se tenir debout sans avoir le vertige ou la fatigue. Une fois debout, la marche commence à plat (sans monter ou descendre les escaliers), de courtes promenades sur le sol de l’hôpital, toujours en tenant compte de l’état du patient et sous surveillance, généralement par un kinésithérapeute. Après deux ou trois semaines, le cardiologue déterminera le type de rééducation dont le patient a besoin. C’est le Deuxième étape et consiste en un exercice physique supervisé. Il est important que les patients sachent que les directives d’exercice qu’ils apprendront doivent être suivies pour le reste de leur vie.

Exercice physique supervisé

Toujours dépendant de critères médicaux, le programme d’exercices peut commencer entre la deuxième et la troisième semaine suivant l’épisode aigu. Le protocole de formation, en termes généraux, schéma suivant: trois jours par semaine (lundi, mercredi et vendredi), le patient se rend au gymnase de l’hôpital pour effectuer un exercice physique contrôlé, composé de: 1. Table de physiothérapie (étirement de la principale groupes musculaires, mouvements articulaires, abdominaux, exercices du haut du corps dont certains avec des poids de 1 et 2 kg) pendant 15-20 minutes. 2. Entraînement aérobie, sur un vélo ergométrique ou un tapis roulant, de durée et augmentant progressivement l’intensité jusqu’à atteindre 45-50 minutes après quelques semaines.

L’exercice aérobie peut être contrôlé de deux manières: en utilisant l’échelle d’effort de Borg (l’échelle dans laquelle le patient mesure sa fatigue, subjective) ou par la fréquence cardiaque d’entraînement (FCE). La réalisation d’un test d’effort (maximum ou limité par les symptômes) pour connaître le FCE est nécessaire lors de la planification d’un entraînement aérobie sur un vélo ergomètre ou un tapis roulant. En plus de l’exercice, un programme est lancé en parallèle avec les ergothérapeutes pour prévenir les facteurs de risque (tabagisme, mode de vie sédentaire, alimentation inadéquate) qui peuvent provoquer une rechute. Cette deuxième phase peut durer plusieurs mois, en fonction de l’évolution du patient. Des contrôles périodiques seront effectués pour voir quels sont les progrès et, si nécessaire et / ou possible, introduire de petits changements dans le programme de formation. Une fois que le patient est sorti du centre hospitalier, le troisième phase, qui consiste en un programme d’exercice physique non encadré: le patient doit réaliser le programme prescrit en fonction de sa pathologie et de son rétablissement, qui doit être suivi sans surveillance médicale et pour le reste de sa vie. Le patient est déjà revenu à ses activités habituelles et / ou à son travail, nécessitant parfois l’intervention de travailleurs sociaux afin de s’adapter et de se réadapter au travail plus en adéquation avec la réalité du patient, ainsi que votre sociabilité avec la famille et les amis. L’exercice physique dans cette phase consistera en un mélange de travail de résistance aérobie et de travail sur les stations musculaires. Elle doit être réalisée dans des centres sportifs (publics et privés) où le personnel est formé et qualifié pour traiter ce type de patient. Il est important de noter que chaque patient (et sa pathologie) est unique et, par conséquent, son la réadaptation sera personnelle et il ne peut jamais être acheté ou comparé à celui d’un autre patient.